Éditoriaux    Musique indépendantiste    Pierre Falardeau    Front de libération du Québec
Patriotes de 1837-1838    Organisations indépendantistes    Textes souverainistes    Guérilla : Manifeste
Liens internet    Recherche    Forum de discussions    Livre des visiteurs

L'indépendance du Québec


Réseau de résistance

En novembre 1962, fut formé le Réseau de résistance (R.R.), un groupe clandestin, par 24 militants du R.I.N., qui s'étaient réunis secrètement à Côte-des-Neiges, chez Rodrique Guite. Cet architecte âgé de 30 ans, était un membre influent de la direction nationale du R.I.N. et faisait parti de l'aile gauche du R.I.N.. Ceux-ci voulaient mettre au point des moyens d'actions plus radicaux, spectaculaires, pour stimuler la cause de l'indépendance. La majorité s'opposant à la violence, ils étaient prêts à recourir à des formes d'action directe : badigeonnage en règle de « symboles coloniaux » ( édifices, boîtes aux lettres ), vols de drapeaux « Red Ensign » et « Union Jack », petits sabotages. C'était donc la formation d'un groupe clandestin conçu comme une sorte d'avant-garde au sein du R.I.N., mais non à connotation guerrière.

La première opération de ce groupe allait être le dimanche suivant cette réunion. Cependant, les initiatives spontanées échoueront, car le R.R. n'est ni structuré, ni discipliné. De plus, certains veulent aller plus loin que le simple barbouillage, les manifestations et les affrontements avec la police.

Ainsi, le 23 février 1963, un cocktail Molotov fut jeté dans le poste de radio anglophone CKGM. L'attentat fut signé R.R.. C'est l'escalade. Le Réseau de résistance va se dissoudre, dépassé par les événements, tandis que son aile radicale crée un nouveau mouvement : le Front de Libération du Québec ...

Dernière modification : 2 juin 2004

Retour à la page principale Envoi de commentaires par courriel

  Hit-Parade