Éditoriaux    Musique indépendantiste    Pierre Falardeau    Front de libération du Québec
Patriotes de 1837-1838    Organisations indépendantistes    Textes souverainistes    Guérilla : Manifeste
Liens internet    Recherche    Forum de discussions    Livre des visiteurs

L'indépendance du Québec


Comité de libération nationale

Le 31 octobre 1962, fut fondé secrètement le Comité de libération nationale, par quatre jeunes militants du R.I.N., à Montréal, prônant la violence politique pour arriver à l'indépendance du Québec. Mais, il n'était pas question de passer à l'action directe, ou armée, avant une ou deux années. Pour eux, il fallait d'abord bâtir une infrastructure solide, pour préparer une intervention à moyen et à long terme. La stratégie de base de ce mouvement était de combiner l'action clandestine avec l'action ouverte, légale. Le comité commença donc à former des cellules au sein du R.I.N. et de l'A.S.I.Q.. La première activité clandestine fut la mise sur pied d'une « école de formation ». De plus, l'emblème du Comité de libération nationale était une fleur de lys rouge sur un croquis du Québec en noir, les deux couleurs de la révolution.

Ce comité recrutera une vingtaine de militants, se réunissant dans des logements loués au centre-ville ou encore au carré Viger ou St-Louis, mais certains d'entre eux, impatients de passer à l'action directe se retrouveront dans le Réseau de résistance, puis le FLQ. Ces militants utilisaient tous des pseudonymes pour communiquer.

Certains considèrent que le Comité de libération nationale est l'ancêtre du FLQ.


Voici une courte biographie des quatre membres fondateurs de ce groupe :

Jacques Désormaux, 25 ans

Il est l'un des membres fondateurs du RIN et était alors le président du RIN à Montréal. Il militera ensuite 10 ans dans le FLQ.

Jacques Lucques, 26 ans

Alias Jacques Latour, il est un franco-chilien. Il était l'un des responsables des relations internationales du RIN.

Robert Aubin, 24 ans

Il était alors étudiant en histoire et membre de la section universitaire du RIN. Il fut provisoirement suspendu du RIN en 1962 pour ses idées marxistes.

Philippe Bernard, 21 ans

Il était alors étudiant en sciences politiques.

Dernière modification : 2 juin 2004

Retour à la page principale Envoi de commentaires par courriel

  Hit-Parade