Éditoriaux    Musique indépendantiste    Pierre Falardeau    Front de libération du Québec
Patriotes de 1837-1838    Organisations indépendantistes    Textes souverainistes    Guérilla : Manifeste
Liens internet    Recherche    Forum de discussions    Livre des visiteurs

Répertoire de la musique indépendantiste


Immortellys - La complainte du fuck à Ottawa

Post-Mortem J'ai assez de vécu pour me débrouiller
sans avoir besoin de toi.
Je suis peut-être indispensable pour toi
mais, toi tu ne l'as jamais été.
Moi pis mes amis, à tes yeux
on a toujours été des moins que rien.
Pourtant si je me souviens,
quand je veux partir tu me tends la main.
Tu veux me garder pour une dette
que je t'aide à payer.
Si ça serait pas de ça,
t'hésiterais pas à m'écraser.
Malgré tout ce que j'ai fait pour toi
à petit feu, tu me fais mourir.
Trop souvent j'ai compté sur toi,
t'as rien fait de mieux que de me mentir.

Notre union forcée par ton pouvoir
jamais je n'ai voulu y croire.
C'est toujours rouge ou bleu.
Toi pis moi, c'est comme l'eau pis le feu.
Divisés pas les opinions
de ceux et celles qui sympathisent.
Je fais appel à ma raison
pour que la bonne décision soit prise.

Laisses-moi m'en aller.
J'ai plus rien à faire avec toi.
La dernière fois t'es aller trop loin.
Comme de raison, « je me souviens. »
Laisses-moi donc câlisser mon camp,
depuis des siècles, j'attends le moment.
J' vas retrouver tout ce que tu m'as pris
pour être fier de qui je suis.

À force de se contrarier,
le racisme entre nous s'est développé.
Ce que j'essaie de bâtir,
tu cherches toujours à le détruire.
Tu méprises la langue de ma patrie,
pourtant, moi, la tienne, je l'ai apprit.
C'est pour ça que j'ai le goût de partir.
Faut que mon identité cesse de mourir.


Tous droits réservés © 2003 Immortellys
(Post-Mortem)


Dernière modification : 17 octobre 2014

Retour à la page principale Envoi de commentaires par courriel

  Hit-Parade