Éditoriaux    Musique indépendantiste    Pierre Falardeau    Front de libération du Québec
Patriotes de 1837-1838    Organisations indépendantistes    Textes souverainistes    Guérilla : Manifeste
Liens internet    Recherche    Forum de discussions    Livre des visiteurs

Répertoire de la musique indépendantiste


Immortellys - Immotellys

Post-Mortem Tel un vieil arbre dans un champ,
j'ai prit racine il y a longtemps.
Je suis témoin depuis toujours
de vos passions, de vos amours.
Je suis la gardienne de votre histoire
et j'attends encore cet événement
qui enfin vous permettra un jour
de devenir indépendant.

Depuis des siècles, je vous regarde.
Ce que je vois me rends malade.
Je suis forcée de me cacher.
La misère et la honte ont ravit ma beauté.

Pour quelques courts moments de gloire
où la passion fut vite consommer,
vous me renvoyer au purgatoire
par peur de représailles confédérées.
J'ai toujours su mener mes troupes
avec les plus grands gardiens de la liberté.
Je suis désolée pauvres pea-soup
que vous ne soyez pas plus engagés.

J'ai vu vos ancêtres sur le gibet
pendus haut et court par l'ennemi.
J'ai vu brûler tout ce qu'ils possédaient.
Leurs femmes violées, leurs enfants meurtris.
J'ai vu plusieurs de mes soldats
oublier la cause et changer de camp.
Tricher leurs semblables mille fois
pour dormir dans le pouvoir et l'argent.

Pourquoi tant de résistance à devenir
ce que je sais, ce que vous savez ?
Pourquoi plier genoux devant l'ennemi ?
Plutôt que de résister et de faire le pas vers la liberté.

Le rêve de ce jour où enfin vous pourrez dire
que tout ce qui a été fait pour vous
n'a pas servi à rien mais plutôt à bâtir
les fondations d'un peuple qui se tient,
qui, à chaque jour, à chaque matin
dit avec le sourire : « Je me souviens ».
JE ME SOUVIENS DE QUOI ?!

Je me souviens de la Normandie
où tes soi-disant amis canadiens
t'ont mit droit devant la ligne de tir.
Je me souviens d'octobre et des mesures de guerre
où encore une fois, l'ennemi nous à fait taire.
Je me souviens de ce torchon de papier signé
sans que vous ne placiez un mot.
C'était la Nuit des Longs Couteaux.
Je me souviens de Groulx, Perreault, Leclerc.
Lévesque, Miron... mes meilleurs messagers
qu'une seule partie de vous a su écouter.

Depuis des siècles, je vous regarde.
Ce que je vois me rend malade.
Je suis forcé ce soir de me montrer
pour vous dire à quel point j'en ai assez.
Les boomers se sont tus,
ne les laisser pas vous tuer.


Tous droits réservés © 2003 Immortellys
(Post-Mortem)


Dernière modification : 17 octobre 2014

Retour à la page principale Envoi de commentaires par courriel

  Hit-Parade