Hit-Parade

 

La seconde vague du FLQ (1966-1970)


La seconde vague du FLQ fut marquée par l'arrivée de deux personnages extrêmement intéressants.  Il s'agit de Pierre Vallières et de Charles Gagnon. Ces derniers sont encore considérés de nos jours comme les théoriciens du FLQ, et ce, à cause de leur caractère hautement socialiste et des moyens d'actions qu'ils préconisèrent.  Évidemment, l'approche radicale fut maintenue après leur arrivée au sein du mouvement.  Toutefois, afin d'assurer l'efficacité de leurs actions, ils entretinrent des relations avec des militants révolutionnaires outre frontières. Il est question ici en particulier des Afro-Américains membres des Black Panthers.

Le réseau Vallières-Gagnon eut toutefois une vie éphémère.  Dès l'automne 1966, ceux-ci furent cueillis par la police new-yorkaise devant l'édifice des Nations Unies.  Nos deux comparses délurés se trouvaient à cet endroit afin de sensibiliser la planète à la cause des indépendantistes québécois. Mal leur en pris car à la suite de leur transfert à la prison de Parthenais, ils passèrent près de quatre ans derrière les barreaux, sans forme d'accusation officielle.  C'est notamment au cours de cette période de réclusion que Pierre Vallières entreprit et mena à terme son livre : « Nègres blancs d'Amérique » qui devait devenir Best-Seller.

Le second réseau d'influence important des années 1966-1970 fut celui que l'on a baptisé réseau Geoffroy.  Le leader de ce groupe, Pierre-Paul Geoffroy, deviendra célèbre à cause de la peine d'emprisonnement qu'il se verra affliger et qui pulvérisera tous les records du Commonwealth.  Cette peine cumulait pas moins de 124 sentences à vie! Le réseau Geoffroy s'illustra également par l'intensité de son activité terroriste.  Il est vrai cependant que le contexte s'y prêtait bien. À l'époque, jamais le Québec n'avait connu pareille vague de contestation ouvrière.

 

Patrick Bourgeois
Carrefour de l'histoire

 


L'indépendance du Québec