Hit-Parade

 

La première vague du FLQ (1963-1966)


La première vague du FLQ fut caractérisée par les attentats à la bombe.  Ainsi, durant cette période de trois ans, les Québécois assistèrent à l'émergence d'un réel mouvement révolutionnaire Raymond Villeneuveextrémiste.  Les Raymond Villeneuve, les Georges Schoeters et les Gabriel Hudon, loin de préconiser l'obséquiosité face au fédéral et à la caste dirigeante de l'état français en devenir, se lancèrent à l'assaut des institutions, des édifices symbolisants l'oppression dont était victime les Québécois.  Toutefois, durant la nuit du 20 au 21 avril 1963, le gardien de nuit Wilfred O'Neil fut tué par une bombe du FLQ déposée à l'arrière du centre de recrutement de l'armée canadienne, à Sherbrooke.  Cet épisode entraînera l'arrestation des 23 membres de la première cellule felquiste, créant ainsi le premier noyau de prisonniers politiques québécois.

Les années 1963-1966 furent également marquées par l'ALQ (1963) et l'ARQ (juin à sept. 1964). Ces deux filières constituaient en quelque sorte l'aile militariste du FLQ. Les membres formant l'armée de libération du Québec et l'armée révolutionnaire du Québec devaient entretenir en armes et en argent le FLQ, et ce, à l'aide de hold-up principalement.  Ces derniers moyens d'action donnèrent lieu à des affrontements violents entre les forces de l'ordre et les révolutionnaires québécois. À titre d'exemple, le 29 août 1964, alors que les membres de l'ARQ François Schirm, Cyriaque Delisle, Marcel Tardif, Gilles Brunet et Edmond Guénette étaient en train de charger des armes dans un véhicule, ils furent surpris par deux limiers de Montréal.  Un échange de coups de feu eut lieu et il s'en solda la mort du commis Alfred Pinish, abattu accidentellement par les policiers et par la mort du gérant du magasin d'armes Leslie McWilliams.

La première vague du FLQ donna naissance à l'important organe de propagande que fut le journal La Cognée.  Ce réseau de la Cognée en fut l'un des plus importants et des plus durables de toute l'histoire du FLQ, et ce, probablement à cause de son caractère somme toute assez modéré.  Les militants de ce réseau préconisaient l'organisation sérieuse, à plus ou moins long termes, d'une révolution efficace et décisive.  Mentionnons en terminant que la publication dudit bulletin débuta en octobre 1963 pour se terminer le 15 avril 1967.

 

Patrick Bourgeois
Carrefour de l'histoire

 


L'indépendance du Québec