Éditoriaux    Musique indépendantiste    Pierre Falardeau    Front de libération du Québec
Patriotes de 1837-1838    Organisations indépendantistes    Textes souverainistes    Guérilla : Manifeste
Liens internet    Recherche    Forum de discussions    Livre des visiteurs

Site historique du Front de libération du Québec (FLQ)


La cellule Libération

La première cellule à entrer en action durant le mois d'octobre 1970 fut la cellule Libération, enlevant le diplomate britannique James Richard Cross. Le nom de la cellule, libération, a comme origine la libération des prisonniers politiques, objectif premier du FLQ. De plus, c'est pour la même raison que l'opération s'appelait « Opération Libération ».

Voici donc une biographie de chacun des membres de cette cellule :


Jacques Lanctôt, 24 ans

Jacques Lanctôt Jacques Lanctôt (né le 5 novembre 1945 à Rosemont, Québec) était membre du mouvement terroriste québécois Front de libération du Québec. À la fois intellectuel, théoricien et homme d'action, il était impatient de passer aux actes.

Il est le troisième d'une famille de 10 enfants. Son père est un petit commerçant propriétaire d'une quincaillerie. De plus, il est le frère de Louise Lanctôt, et le mari de Suzanne Lanctôt, avec laquelle il avait un enfant en date d'octobre 1970 : Boris.

Il faisait partie du FLQ depuis 1963, alors qu'il n'était âgé que de 17 ans. En effet, il fut mêlé de près à la première cellule du FLQ, sans toutefois être arrêté. Il a aussi frayé dans les milieux de gauche au RIN, au comité Vallières-Gagnon et au Front de libération populaire (FLP).

Il exerçait la profession de chauffeur de taxi à Montréal, bien qu'il a déjà été professeur de français dans une école secondaire à Saint-Hyacinthe, après ses études collégiales. C'est ainsi qu'il fut l'un des principaux meneurs du Mouvement de libération du Taxi (MLT), qui mena une dure lutte visant à faire abolir le monopole de la Murray Hill Limousine, à l'aéroport de Montréal. Il a d'ailleurs participé à plusieurs manifestations contre cette compagnie, notamment le 7 octobre 1969. De plus, il était responsable du Journal du Taxi, l'organe du Mouvement de libération du Taxi.

En 1970, il était déjà recherché par les corps policiers du Québec, relativement au complot visant à enlever le consul d'Israël au début de l'année. Son frère François Lanctôt, agé de 21 ans, fut appréhendé lors du démantèlement de cette cellule du FLQ qui s'apprêtait à enlever le consul.

Suite à la dissolution du réseau Lanctôt-Rose, il forme la cellule Libération en septembre 1970 avec Louise Lanctôt, Jacques Cossette-Trudel, Marc Carbonneau et Yves Langlois. En octobre 1970, il était considéré comme le chef de la cellule Libération du FLQ. Théoricien du groupe, c'est d'ailleurs lui qui fut l'un des principaux rédacteurs du Manifeste d'octobre en 1970.

Le 11 novembre 1970, il était considéré dangereux et armé, figurant sur la liste des 13 personnes les plus recherchées à travers le Canada, pour conspiration d'enlèvement.

Après la Crise d'octobre et un exil forcé à Cuba, il revint au Québec et devint un brillant éditeur (Lanctôt Éditeur).


Jacques Cossette-Trudel, 22 ans

Jacques Cossette-Trudel Jacques Cossette-Trudel est un militant indépendantiste québécois québécois qui a fait partie de la cellule Libération du Front de Libération du Québec (FLQ) en 1970. Il fut l'un des meneurs, avec Louise Lanctôt, Louise Vandelac, Pierre Maisonneuve et Robert Dufour, de la contestation étudiante de 1968-69 au Cégep de Maisonneuve.

De 1972 à 1978, il a travaillé pour le compte de l'agence de presse latinoaméricaine Prensa latina et le journal français Le Quotidien du Peuple.Revenu au Québec en 1978 et condamné à deux ans moins un jour de prison et cinq ans de probation, Jacques Cossette-Trudel travaille depuis 1980 dans l'univers des communications, entre autres dans le domaine de la santé et des services sociaux.

Ayant collaboré à la série Epopée en Amérique de Gilles Carles à la fin des années 90, il a en outre scénarisé et réalisé une série télévisée (TQ, TVA, TV5) sur la Révolution tranquille québécoise de 1960 à 1980, série pour laquelle il s'est mérité une nomination aux Gémeaux en 2001 catégorie meilleure réalisation documentaire. Depuis 2004, il consacre ses énergies à la rédaction d'un scénario de fiction inspiré de son exil politique à Cuba et en France de 1970 à 1978. Ce travail de développement a reçu l'appui financier de Téléfilm Canada et de la Sodec.

Jacques Cossette-Trudel est également le père d'Alexis et Marie-Ange Cossette-Trudel nés respectivement à Cuba et en France durant les années d'exil.


Marc Carbonneau, 37 ans

Marc Carbonneau Marc Carbonneau était un chauffeur de taxi montréalais. Le 7 octobre 1969, il participa à la manifestation du Mouvement de libération du Taxi contre la Murray Hill. Le 11 novembre 1970, il était considéré dangereux et armé, figurant sur la liste des 13 personnes les plus recherchées à travers le Canada, pour l'enlèvement de James Richard Cross.













Yves Langlois, alias Pierre Séguin, 23 ans

Yves Langlois Yves Langlois est un ancien membre du réseau Lanctôt-Rose. Sténographe judiciaire à la Cour supérieure, il est aussi spécialiste des faux papiers, ou documents, ce qui lui servira bien dans le FLQ. Il est un petit jeune homme, portant des lunettes. Il passe ainsi facilement inaperçu. Il fut exilé à Paris, mais il demeura fidèle à ses idéaux.















Nigel Hamer, 22 ans

Nigel Barry Hamer est un diplômé en génie électronique de l'université McGill. Il est un professeur, marié, père d'un enfant et un socialiste convaincu. Il fut l'un des bras droits de Stan Gray, un leader du Front de libération populaire (FLP), et fait partie de mouvements d'extrême-gauche en général. Il fonda la cellule d'information Viger en plein coeur de la crise. En effet, leur appartement de la rue des Récollets était bondé et il fallait qu'une personne le quitte. Alors le 21 octobre, il fonde donc cette cellule qui assurera la liaison entre les deux cellules. C'est lui qui a obtenu d'un médecin d'une clinique populaire, le Serpasil, un médicament d'ordonnance dont James Richard Cross avait besoin pour contrôler son hypertension. Il était connu par la police en octobre 1970.


Louise Lanctôt (Cossette-Trudel), 23 ans

Louise Lanctôt est la soeur de Jacques et de François Lanctôt, ainsi que la femme de Jacques Cossette-Trudel. Elle fraya dans les milieux de gauche du RIN et, en 1969, elle fut l'une des leaders de la contestation étudiante au Cégep de Maisonneuve, avec Jacques Cossette-Trudel. Elle exerce la profession de documentaliste à la bibliothèque de l'Université du Québec à Montréal. Plusieurs la disaient forte de caractère, un brin doctrinaire, directe et intelligente.












Warning: filemtime() [function.filemtime]: stat failed for index.php in /home/iq1495/public_html/includes/bas.tpl on line 13
Dernière modification : 31 décembre 2069

Retour à la page principale Envoi de commentaires par courriel

  Hit-Parade