LA GUERRE D'ALGERIE

LES ORIGINES DE LA GUERRE D'ALGERIE
    • L'Algérie est une colonie pratiquement soumise à la métropole.
Formée de 3 départements ( Alger, Oran, Constantine ) rattachée au ministère de l'intérieur, elle est dirigée par un gouvernement général.

Le statut, voté en 1947, est inégalitaire: il prévoit l'élection d'une Assemblée algérienne de 120 membres aux prérogatives restreintes: Les 9 millions de musulmans, de statuts " Coranique", élisent le même nombre de députés que le million de citoyens français. De surcroît, les élections de 1948 ont été truquées afin de faire élire des représentants de l'administration dans le second collège (musulman ).

    • La crise du Nationalisme algérien prive la France d'interlocuteurs représentatifs.
Le nationalisme algérien est formé de 3 courants:

- Le courant traditionaliste, celui des Oulémas , qui résiste à l'intégration française en s'appuyant sur l'Islam,

- Le courant des modernistes bourgeois et intellectuels, dont le principal chef est le pharmacien Fehrat Abbas et qui entend procéder par la voie légale,

- Le courant des révolutionnaires, dirigé par Messali Hadj , qui s'est doté en 1947 d'un groupe d'action directe, l'Organisation spéciale ( O.S ) , dirigé par Ben Bella.

    • Tous ces mouvements sont soumis à une intense répression, privés de perspectives locales et connaissent déclin, crises et scissions.
-Or l'Algérie de 1945 connaît de très graves problèmes.
    • Ils sont d'abord d'ordre économique : Il existe une agriculture moderne, qui exporte ses produits, et une industrie naissante, mais elles sont aux mains des Européens, alors que les musulmans pratiquent une agriculture archaïque et routinière et connaissent le chômage ou les emplois précaires.
    • Les problèmes sont aussi sociaux: liés au caractère inégalitaire de la société. Les Européens ( Dont 80 % sont nés en Algérie - les "Pieds Noirs" ) sont en grande partie des citadins, ouvriers ou membres de la classe moyenne, au niveau de vie assez médiocre, mais hostiles à toute réforme qui donnerait l'égalité aux musulmans.
Ceux ci sont 8 400 000 et connaissent une véritable explosion démographique. Si 2 millions d'entre eux ont un niveau de vie proche de celui des Européens, les autres connaissent la pauvreté, une scolarisation et un encadrement administratif insuffisant.

LE DECLENCHEMENT DE LA GUERRE D'ALGERIE ( 1954 / 1955 )
- L'insurrection de la Toussaint 1954 donne le signal de la guerre.
    • Dans le prolongement du retrait de la France d'Indochine ( Juin 1954 ) et pour unir les fractions divisées du nationalisme algérien, un groupe de jeunes militants ( souvent issus de l'O-S ) lance simultanément 70 attaques sur le territoire algérien; Attaques de bâtiments civils et militaires, bombes, attentats individuels...
    • La faiblesse du mouvement rend dérisoire l'annonce de la création d'un Front de libération nationale ( FLN ) et d'une armée de libération nationale ( ALN ) ainsi que la prétention de négocier avec la France la restauration d'un Etat algérien souverain.
- Les Français du Constantinois, en Août 1955, rendent la guerre irréversible.
    • Décidés à empêcher la politique d'intégration, le FLN organise les 20 et 21 août, un soulèvement de musulmans: ceux ci attaquent les quartiers européens des villes et massacrent les habitants des fermes isolées, faisant une centaine de morts autour de Constantine.
Il s'en suit une dure répression, en partie menée par les civils européens, qui réagissent par une "chasse à l'arabe". On compte un millier de victimes.
    • Un fossé de sang dépare désormais les deux communautés: les Européens se dressent en bloc contre les Musulmans, l'action du FLN, qui accroît ainsi son emprise sur la population. De son côté, le Gouverneur Jacques SOUSTELLE considère désormais comme sa tâche prioritaire de rétablir la paix en luttant contre le FLN. La guerre passe au premier plan.
    • C'est cette situation que doit affronter, en 1956, le Gouvernement de gauche qui arrive au pouvoir, sous la Présidence de Guy MOLLET.
LA FRANCE S'ENFONCE DANS LA GUERRE D'ALGERIE ( 1956 / 1958 )
    • Le Président du Conseil, Guy MOLLET donne la priorité à une victoire militaire sur le FLN.
- D'abord partisan d'une politique de négociations, MOLLET fait machine arrière, après avoir été conspué par les Européens d'Alger, le 6 février 1956, et pose désormais comme préalable une victoire militaire sur le FLN.

- Le ministre- résident en Algérie, Robert LACOSTE, laisse l'armée conduire la guerre à sa guise.

- 400 000 hommes bouclent les frontières de l'Algérie, la soumettant à un quadrillage mêlant opérations militaires, actions d'assistance sociale ( alphabétisation, soins médicaux ) et action psychologique pour gagner la population ( propagande, pressions... )

    • A Alger, pour lutter contre le terrorisme urbain, le Général MASSU, chef de la 10° division parachutiste, est chargé de la sécurité. Contrôles, fouilles, arrestations...se succèdent, certains militaires utilisant la torture pour démanteler les réseaux du FLN, qui, de son côté, multiplie les attentats.
Militairement, la France l'emporte: l'organisation du FLN est brisée par la " Bataille d'Alger" (1957 ) et sa force militaire est amoindrie.
    • Mais l'armée ne peut empêcher la poursuite de la guérilla et du terrorisme, ni le ralliement de la population musulmane au FLN, par conviction ou par crainte des représailles.
- La guerre d'Algérie et l'expédition de Suez détériorent la situation internationale de la France
    • En Octobre 1956, décidés à frapper l'Egypte, tenue pour la "base arrière de la rébellion" (elle abrite la délégation extérieure du FLN ), la France organise, en accords avec le Royaume Uni et Israël, une expédition contre le Canal de Suez récemment nationalisé par Nasser. Militairement, l'opération est un succès, mais, condamnées par l'ONU, soumises à la pression des Etats Unis et de l'URSS, la France et la Grande Bretagne doivent évacuer la zone du canal.
    • Désormais, la France est mise en accusation aux Nations Unies en raison de sa politique algérienne, elle est attaquée par les Etats du Tiers Monde et les Pays communistes sans recevoir, sur ce point, l'appui des Alliés américains et Britanniques.
Sur le plan intérieur, la guerre d'Algérie est un facteur de déstabilisation économique et social.

- C'est un gouffre financier qui relance l'inflation, creuse le déficit budgétaire, détériore la balance commerciale, épuise les ressources en devises.

    • Dés 1957, il faut freiner l'expansion et renoncer aux dépenses sociales. Par ailleurs, le conflit algérien provoque une profonde crise morale: des Intellectuels, des étudiants, des jeunes, des représentants des Eglises réclament la fin d'une guerre conduite contre les aspirations nationales d'un peuple et protestent contre l'utilisation de la torture.
Enfin, la guerre d'Algérie fait éclater la majorité de Gauche, victorieuse aux éléctions de 1956, et paralyse le pouvoir.
    • Une partie de la majorité rejette en effet la politique du Gouvernement de Guy MOLLET. Les ministères qui se succèdent en 1957 - 1958 cherchent une solution politique à la crise algérienne, mais sans oser le dire, car ils manquent d'autorité pour l'imposer au Parlement, aux Européens d'Algérie et à l'armée. Le pouvoir est paralysé et la guerre débouche sur une crise de régime.
    • Mais l'Algérie Française trouve aussi des défenseurs chez les Intellectuels de gauche. Pour une partie des Socialistes qui suivent leur secrétaire Général Guy Mollet, pour des intellectuels comme l'ethnologue Albert Bayet, l'indépendance algérienne constituerait un renoncement à l'oeuvre civilisatrice de la France qui a implanté en Algérie le progrès, la laïcité, les Droits de l'Homme et qui abandonnerait la population algérienne à un Islam réactionnaire, clérical, rétrograde.
    • Certains intellectuels de Droite se radicalisent à partir de 1960. On retrouve de nombreux professeurs et écrivains au colloque de Vincennes de Juin 1960 qui rassemble les partisans de l'Algérie française ou parmi les signataires en Octobre 1960, du "Manifeste des Intellectuels français" qui dénoncent les "121" comme des "professeurs de trahison".
Enfin, quelques-unes appuieront l'OAS tout en réprouvant les attentats sanglants organisés par celle ci.

LA GUERRE D'ALGERIE RENFORCE LES ADVERSAIRES DU REGIME.
    • Des partisans de l'Algérie française se rassemblent dans l'union pour le salut et le renouveau de l'Algérie française" autour du Gaulliste Jacques Soustelle.
- Ils sont issus de tous les Partis et craignent que le régime ne finisse par accepter de négocier avec le FLN.
    • Mais surtout, l'extrême droite trouve une nouvelle audience, essentiellement en Algérie.
- Elle entend s'opposer à toute négociation en installant à Paris un pouvoir autoritaire qui laisserait les coudées franches aux militaires et ferait taire les intellectuels.

- Réduits en métropole à des groupuscules fascisants comme ' Jeune Nation ", ce courant est beaucoup plus puissant en Algérie, dans la population européenne ( les "Pieds Noirs" ) et dans l'armée, où certains officiers rêvent de remporter la victoire en employant contre le FLN des méthodes révolutionnaires qui ont vaincu les Français au Viet Nam; ils ourdissent des complots pour renverser le régime.

    • Des partisans du Général DE GALLE attendent leur heure.
- Depuis 1953, le Général De Gaulle a mis en sommeil le RPF et s'est retiré de la vie publique. Mais la crise du régime le confirme dans ses analyses et on commence à prononcer son nom comme celui d'un recours possible.

- Ses partisans suivent avec attention l'agitation de l'extrême droite et les multiples complots, bien décidés, le moment venu, à les canaliser pour obtenir le retour au pouvoir du Général De Gaulle. Quant à lui, il feint d'ignorer ces préparatifs bien qu'il soit constamment tenu au courant.

LA FIN DE LA GUERRE D'ALGERIE ( 1958 / 1962 )
- L'émeute algéroise du 13 Mai 1958, entraîne la chute de la 4° République.

-Le Général De Gaulle impose à l'armée et aux Européens l'indépendance de l'Algérie.

    • Résolu à résoudre de manière pragmatique le problème algérien, le Général doit tenir compte des circonstances qui vont le conduire progressivement à l'idée de l'indépendance algérienne:
- La détermination du FLN qui forme un Gouvernement provisoire de la république Algérienne ( GPRA )

- Le désaveu de l'opinion internationale

- La lassitude des Français devant ce conflit interminable.

- Une série de discours jalonne sa propre évolution et prépare progressivement l'opinion à l'indépendance algérienne.

    • En Septembre 1958, De Gaulle propose en vain au FLN une reddition honorable, la "Paix des Braves".
    • En Septembre 1959, il franchit une étape décisive en reconnaissant aux algériens le droit à l'autodétermination. Puis il évoquera successivement " L'Algérie algérienne", un "Etat algérien souverain".
    • Dés 1960, il entame avec le FLN des pourparler qui aboutissent, le 18 Mars 1962, aux accords d'Evian, reconnaissant l'indépendance de l'Algérie.
- Les Européens et l'armée, qui ont porté De Gaulle au pouvoir, ont le sentiment d'une trahison.
    • Ils rêvent d'un nouveau 13 Mai qui le chasserait du pouvoir .En Janvier 1960,les activistes d'Alger déclenchent une semaine d'émeutes, la "semaine des barricades" .En Avril 1961, quatre Généraux ( Challe, Salan, Jouhaud et Zeller - les deux premièrs étant d'anciens commandants en chef d'Algérie ) provoquent un Putch qui échoue devant le refus des soldats du contingent de suivre les officiers rebelles et devant la fermeté du Chef de l'Etat.
    • Désormais, les activistes se retrouvent dans l'Organisation armée secrète ( OAS ): par une série d'attentats en Métropole et en Algérie, celle-ci s'efforce de rendre impossible tout accord avec le FLN, puis une fois celui-ci acquis, d'en empêcher l'application.
- 700 000 Européens doivent quitter avec déchirement l'Algérie.

L'action de l'OAS aboutissant en effet à rendre impossible la cohabitation des deux communautés européenne et musulmane, ils abandonnent une terre sur laquelle ils sont nés et laissent leurs biens, pour affronter un difficile reclassement en Métropole.

Quant à l'OAS, elle tente à diverses reprises d'assassiner le Général De Gaulle: le 22 Août 1962, celui-ci n'échappe à la mort que de justesse lors de l'attentat du petit Clamart, prés de Paris.

SOURCE: http://perso.club-internet.fr/erra/Guerre-Algerie.htm



  Hit-Parade